Numérisation et innovation
Workshop

20.11.2017
13:15 - 14:45
Palais des Congrès - Biel/Bienne
heitz
Christoph Heitz
Professor, ZHAW
benard
Michel Benard
University Relations Manager Google
Bonaccio
Silvio Bonaccio
Head of ETH transfer, ETHZ
bürer
Nicolas Bürer
Managing Director, digitalswitzerland
hauri
Philip Hauri
Head of Innovation, Swissmem / Industrie 2025
Christina Kehl
Christina Kehl
Co-Founder & Managing Director, Swiss Finance Startups

L'augmentation de la valeur passe par de nouvelles prestations et de nouveaux produits, autrement dit par l'innovation. Comment renforcer la force d'innovation numérique de l'industrie suisse? Comment accroître le succès des innovations sur le marché?

Dans le cadre de cet atelier, nous partirons de quelques exemples concrets de réussites d'entreprises suisses pour aborder diverses questions. Quels types d'innovations la numérisation fait-elle émerger? Quels sont les principaux facteurs de succès? Où se situent les difficultés et les éventuels obstacles susceptibles d'empêcher une mise en œuvre réussie? Quelles sont les solutions permettant de surmonter ces obstacles?

Résultats du workshop

Thèses choisies
  1. Afin de rendre la recherche rapidement commercialisable, des programmes de développement internes ciblés et un soutien professionnel externe sont nécessaires.
  2. Les innovations numériques simples consistent en la recombinaison de la technologie, des processus et du modèle économique. Il est essentiel d'identifier et de mettre en œuvre suffisamment tôt des combinaisons appropriées.
  3. Les réseaux et les collaborations prennent de plus en plus d'importance. Le monde numérique doit être expérimenté avec une certaine souplesse.
     
Résumé

La numérisation est un important moteur d’innovations, elles-mêmes indispensables à la compétitivité future de la Suisse. L’exemple de quelques réussites d’entreprises suisses a permis d’illustrer l’existence de plusieurs types d’innovations mues par la numérisation.

D’un côté, on trouve les innovations nécessitant beaucoup de recherche et de développement et aboutissant par exemple à l’invention d’un nouveau produit. Celles-ci sont réalisées, entre autres, par des entreprises spin-off ou des start-up pour lesquelles l’accès à du personnel hautement qualifié et une croissance suffisamment rapide sont essentiels pour rester en Suisse. 

A l’opposé, on trouve les innovations qui ne se basent pas sur un nouveau produit high-tech ou sur un algorithme inédit, mais sur l’association originale de technologies numériques existantes, avec de nouveaux modèles commerciaux et processus visant à mieux satisfaire les besoins des clients. Pour assurer le succès de ces nouvelles configurations, il est déterminant que le cycle séparant l’idée de sa commercialisation soit court. En général, ces innovations sont développées avec agilité, en lien étroit avec le marché.

L’atelier a mis en évidence un fort consensus sur l’importance grandissante des réseaux et des coopérations pour encourager les innovations. Par ailleurs, pour que celles-ci réussissent, il est décisif que les bons acteurs collaborent étroitement. Aujourd’hui, de telles associations sont de plus en plus souvent interdisciplinaires et réunissent des acteurs issus de différentes branches.

Les start-up sont tout particulièrement perçues comme des vecteurs d’innovation. Mais la numérisation peut également profiter à des PME existantes, dont certaines demeurent encore fermées à la transformation numérique. Il convient alors de poursuivre le travail de sensibilisation en enracinant une culture de l’innovation adéquate. Il faudra notamment apaiser les craintes, mais aussi aider à discerner et à exploiter les opportunités offertes par la numérisation.

Organisation

  • Commission pour la technologie et l'innovation CTI
  • Swiss Alliance for Data-Intensive Services