Du fossé numérique au fossé du savoir: le chemin cahoteux vers la citoyenneté numérique

10.10.2017
Contribution de Hani Dabbagh
Publié dans:  compétences numériques, cadre légal

Version originale

Cette dernière décennie a transformé notre monde. La révolution numérique a ouvert des perspectives stupéfiantes, qui relevaient du domaine du rêve il n'y a pas si longtemps encore. Mais il y a un prix à payer: nous avons perturbé la façon dont nous nous engageons socialement, sentimentalement et économiquement. Nous avons embrouillé les relations entre employeurs et employés. De nouvelles questions surgissent à propos de la vie privée, de la sécurité, du commerce – ainsi que de l’éthique.  

Un gouffre – le fossé numérique – s'est ouvert entre ceux qui ont accès à la technologie et ceux qui n'y ont pas accès. L'internet à haut débit est devenu aussi indispensable que l'eau, le gaz et l'électricité. Toutefois, nous avons besoin de plus que cela. Un fossé du savoir est rapidement apparu, séparant ceux qui produisent et gèrent le savoir de ceux qui ne font que de le consommer. Les données, pétrole de la nouvelle économie, avantagent ceux qui savent comment les exploiter.

Alors comment maîtriser l'économie du savoir? Comment rester innovants? Comment devenir des membres socialement actifs et participatifs de la société, en faisant un usage judicieux des nouvelles possibilités, pour assurer un bel avenir à notre société démocratique? Nous nous trouvons face à un défi de taille, sans aucun "plan directeur" à appliquer, car nous apprenons à piloter l’avion pendant qu’il vole. (Qui aurait cru en 2007 que Twitter serait notre source principale de ce que pense le président des États-Unis en 2017 ?).

Néanmoins, je pense qu'il faudra mettre l'accent sur trois aspects: l'éducation, la législation et les "CIO d'Etat".

L'éducation: Notre système éducatif n'a pratiquement pas changé depuis la révolution industrielle. Nous devons l'adapter à la révolution numérique, non seulement en exploitant les nouvelles compétences disponibles, mais aussi en remaniant le cursus en fonction du monde actuel. Par exemple, faudra-t-il enseigner les algorithmes ? Il faut préparer nos enfants à devenir les citoyens numériques de demain et leur donner les outils qui leur permettront d'affronter la société transformée du futur.

La législation: Nous devons passer d'un mode réactif, où nous adaptons précipitamment nos lois aux nouveaux défis qui se posent, à un mode davantage proactif, en mettant en place un environnement qui favorise l'innovation, en protégeant en même temps la vie privé et la sécurité.

"CIO d'Etat": Nous avons besoin de responsables politiques avertis dans la technologie numérique, capables de nous guider à exploiter la transformation numérique pour répondre aux besoins de notre pays. Pendant une période de transition, il est nécessaire d'avoir un "CIO d'Etat" assurant que nous ayons toujours une longueur d'avance et nous incitant à être proactifs. 

Nous n'en sommes qu'au début. En aménageant le chemin sur lequel nous avançons plutôt qu'en se laissant simplement porter, nous devenons des citoyens numériques de demain à part entière.   Dans dix ans, nos mondes seront à nouveau méconnaissables. Faisons en sorte que cet avenir nous donne envie d'y vivre.

 

Lire l'article complet en anglais sur le blog de M. Dabbagh: https://digitalramblings.blog/2017/07/25/digital-citizenship/

dabbagh
Hani Dabbagh
Independant Digital Strategist