La politique numérique à la croisée des chemins: le rôle clé de Genève

11.06.2019
Contribution de Stephanie Borg Psaila
Publié dans:  Geneva Internet Platform, politique numérique, numérisation

Notre monde se numérise à grande vitesse et la politique numérique n’est plus l’apanage d'un secteur restreint de la société. L'évolution rapide de l'intelligence artificielle, de l'internet des objets et des technologies émergentes en fait désormais un objet de discussion publique, au café, à la maison, à l’école ou dans les forums.

Le riche écosystème politique de Genève contribue de manière significative à la politique numérique. Une étude de la DiploFoundation – qui gère la Geneva Internet Platform – révèle que plus de 50% des questions de politique numérique sont traitées à Genève. La vie privée et la liberté d'expression y sont abordées par le Conseil des droits de l'homme; l'avenir du travail par l'Organisation internationale du travail; le commerce électronique par l'Organisation mondiale du commerce, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement et le Centre du commerce international; la normalisation par l'Organisation internationale de normalisation et la Commission économique de l'ONU pour l'Europe; les infrastructures de télécommunication par l'Union internationale des télécommunications... pour ne donner que quelques exemples.

Le nombre de questions politiques abordées à Genève est appelé à augmenter: avec la numérisation de secteurs plus traditionnels, les organisations et organismes s'occupant de politique numérique à Genève sont de plus en plus nombreux. La Geneva Internet Platform (GIP), lancée en 2014 par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et l'Office fédéral de la communication (OFCOM) de Suisse, offre pour les débats sur la politique numérique un espace neutre et inclusif, reconnu par la majorité des acteurs mondiaux comme une plate-forme où toutes les opinions peuvent se faire entendre.

Un enjeu fondamental occupera l’ensemble des acteurs du secteur: assurer efficacement la croissance numérique pour notre génération et celles à venir, tout en minimisant les risques liés à la technologie. Il s’agira pour eux autant de s'inspirer des expériences passées que de suivre de près les technologies émergentes et les développements à venir. Chacun devra dépasser les limites de sa fonction pour comprendre les évolutions technologiques et leur impact sur la société, mais aussi travail des autres acteurs. Dans ce contexte, Genève verra se renforcer encore son statut de pôle politique mondial. La politique numérique est à la croisée des chemins; c'est aussi une période prometteuse pour l'avenir de la technologie et de la société.

Stephanie Borg Psaila
Stephanie Borg Psaila
Directrice par intérim de la DiploFoundation et responsable de la Geneva Internet Platform