La Suisse numérique a besoin d'une infrastructure des données nationale

18.10.2017
Contribution de André Golliez
Publié dans:  données, infrastructure

Version originale en allemand

On dit souvent que les données sont le "pétrole du 21e siècle". Cette affirmation est erronée. Les données ne sont pas des biens de consommation qui disparaissent une fois utilisées. Elles sont immatérielles et se propagent avec leur utilisation. Elles peuvent être utilisées en même temps à des fins différentes par un grand nombre d'utilisateurs, et partagées sans pertes.

Si nous sommes prêts à partager des données, celles-ci deviennent un bien commun pour l'ensemble de la société; en tant que base pour une sélection personnelle de produits et de services, pour des analyses et des pronostics scientifiques ou pour des processus de décision politiques et économiques, elles profitent aussi bien aux personnes privées, aux entreprises qu'à l'administration.

De même que la société industrielle doit disposer d'infrastructures publiques de transport, d'énergie et de communication, la société numérique a besoin de données communes publiques en tant qu'infrastructure immatérielle. Cette infrastructure repose sur des données géographiques, des adresses, des statistiques, des registres de bâtiments, de personnes et d'entreprises ainsi que sur des bases de données fiables concernant l'économie, la santé, le domaine social, les transports, l'énergie, l'environnement, la culture, l'éducation, la recherche.

Une Suisse numérique performante a besoin d'une infrastructure nationale de données publique, fiable et sûre.

Golliez
André Golliez
Président Swiss Data Alliance