Blog

La ville de Pully à la loupe

Contribution de Alexandre Bosshard

Publié le 19.10.2020


Tags
Smart City durabilité



Partager

Comment mesurer la durabilité et la maturité digitale des villes ? Suite à la mise en œuvre réussie de plusieurs projets numériques, la ville de Pully s’est intéressée à la question de la mesure de son niveau de durabilité et de numérisation, à l’aide du set d’indicateurs « United for smart and sustainable cities » élaboré par l’Union internationale des télécommunications et quinze agences des Nations Unies.

Comment préparer et piloter le développement de Pully en prenant en compte au mieux les changements induits par la révolution numérique ? C’est la question que la Municipalité s’est posée. Outre une réflexion sur les spécificités de Pully vis-à-vis du numérique et la création du site internet smart.pully.ch, l’un des éléments de réponse a consisté à chercher à mesurer le niveau de numérisation, avec l’idée qu’un bon système de mesure contribue à un bon pilotage.

La méthode « Unis pour des villes intelligentes et durables (U4SSC) »

Pour dresser cet état des lieux, le choix s’est porté sur la méthode « Unis pour des villes intelligentes et durables » (U4SSC)  développée par l’Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l’Organisation des Nations Unies (ONU) chargée de la question des Technologies de l’information et de la communication (TIC). L’originalité de cette méthode est qu’elle considère les TIC non pas comme une finalité mais comme un outil pour contribuer à l’atteinte des objectifs des Nations Unies pour le développement durable (ODD) . Ainsi, elle fait le lien entre numérisation et développement durable. Concrètement, cette méthode mesure 87 indicateurs clé de performance (KPI) selon les 3 dimensions du développement durable que sont l’environnement, l’économie et le social.

Pully à la loupe

Après avoir appliqué la méthode U4SSC, Pully a en plus recensé les valeurs cibles présentes dans les lois, ordonnances et règlements nationaux, cantonaux et communaux puis a travaillé sur la qualité de la communication des résultats, ce qui a débouché sur la publication de «Pully à la loupe ».

Points forts

L’initiative U4SSC offre une vision globale de la diversité des activités de la ville. Le nombre restreint d’indicateurs permet de mettre en œuvre cette méthode en quelques mois, ce qui est relativement rapide. De plus, elle est fondée sur l’utilisation de la norme internationale ITU-T Y.4903/L.1603, qui fournit une base de référence commune à l’ensemble des villes et ceci à l’échelle mondiale. Cette méthode recèle ainsi un grand potentiel d’échange d’idées entre les villes pour les aider à identifier les meilleures pratiques en vigueur, à optimiser l’utilisation de leurs ressources intellectuelles et financières, améliorer les services au citoyen ou encore développer de nouvelles prestations. Pour le Conseil municipal, l’initiative U4SSC permet de prendre du recul sur les activités du quotidien en esquissant les grandes tendances et en fournissant un outil de pilotage de son action à moyen et long terme. Finalement, le rapport peut être considéré comme un outil de communication avec la population, au sein même de l’administration, avec le secteur privé, les autres villes ainsi que le gouvernement et les institutions internationales.

Limites de la méthode et potentiels d’amélioration

A contrario, l’initiative U4SSC par son approche globale est peu adaptée à un pilotage de la ville au quotidien. Elle peine également à prendre en compte le contexte local. De plus, l’impact de la ville s’arrête à la frontière de celle-ci. Or, il serait judicieux de prendre en compte l’impact global, comme l’énergie fournie pour produire les biens de consommation importés. Finalement, l’initiative ne propose pas de valeurs cibles, ce qui rend difficile la fixation d’objectifs à atteindre.

Suite à donner

Pour faire suite à ce premier diagnostic, une mise à jour périodique de la valeur des indicateurs pulliérans serait judicieuse. Par ailleurs, pour améliorer la prise en compte des spécificités locales, quelques indicateurs complémentaires à l’initiative U4SSC devraient être introduits. Enfin, l’UIT pourrait proposer un set de valeurs cibles basées sur les Objectifs du développement durable des Nations Unies.

Nous espérons que le rapport « Pully à la loupe » issu de ce travail puisse favoriser le dialogue entre les autorités politiques et la population, à l’interne de l’administration, avec les autres villes, le secteur privé, le gouvernement, et les experts. Ces échanges permettront d’améliorer continuellement la façon de mesurer les indicateurs et de choisir les valeurs cibles. Cela devrait ainsi contribuer à l’optimisation du pilotage de la ville en vue d’offrir aux citoyens des services et prestations toujours plus pratiques, efficients, conviviaux et humains.


Contribution de

Alexandre Bosshard
Alexandre Bosshard

Membre de la Direction des travaux et des services industriels de la Ville de Pully