Les bases pour le calcul de l'empreinte écologique sont améliorées

La numérisation ouvre de nouvelles possibilités dans le domaine de la protection du climat et de l'environnement. Si l'on veut utiliser davantage et de manière plus ciblée les technologies numériques pour réduire la consommation d'énergie et de matériaux dans tous les domaines de la vie et du travail, il faut améliorer les bases de calcul des écobilans et de l'empreinte des technologies et services TIC. Les bases de données devraient également être améliorées grâce à la participation de la Suisse à des programmes européens et internationaux d'observation de la terre, comme le programme « Copernicus ». Elles doivent notamment être compatibles avec les bases de données du bilan écologique « ecoinvent », afin de pouvoir estimer la part croissante des TIC dans les chaînes de valeur et de livraison des produits et services traditionnels, et permettre de prendre des mesures ciblées pour contrer cette évolution.


Mesures

    ---